Une coproduction de ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants

L’ami du clergé : Mariage CHAPLAIN

Mariage Chaplain – Godet par l’abbé Bailleul
19 octobre 1911

Jurisprudence civile-ecclésiastique

Trib. Corr. De Mortagne, 17 mars 1909 (1909, 376) :
Attendu que Bailleul, desservant du culte catholique dans la commune des Genettes, est prévenu d’avoir dans cette commune en 1907, déterminé le sieur Chaplain à contribuer aux frais dudit culte, en le menaçant ou en lui faisant craindre d’exposer à un dommage sa personne, sa famille ou ses biens, et d’avoir ainsi encouru les pénalités prévues par l’art. 31 de la loi du 9 déc. 1905 ;
Attendu qu’il est déclaré par le témoin Chaplain que l’abbé Bailleul s’est présenté chez lui en 1907 pour obtenir sa contribution aux frais du culte catholique ; que la dame Chaplain, seule présente, lui a déclaré qu’elle consulterait son mari ; qu’à quelque temps de là le témoin, sur le point de marier sa fille à un sieur Godet, s’est rendu avec ce dernier chez l’abbé Bailleul pour s’entendre au sujet de la cérémonie religieuse concernant ce mariage ; qu’ils l’ont trouvé à table avec plusieurs personnes, et ont accepté de prendre du café avec lui ; qu’au cours de la conversation concernant la publication des bans, il a dit au témoin que s’il ne lui versait pas 3 francs pour la contribution de sa famille au denier du culte, il ne marierait pas sa fille ; que Chaplain les lui a promis ;
Attendu que la dame Godet déclare encore que la veille de son mariage, quand elle est allée se confesser à l’abbé Bailleul, il lui a dit de rappeler à son père qu’il devrait lui verser 3 francs pour le culte, comme c’était convenu, s’il voulait qu’il la marie ;
Attendu que le prévenu conteste les termes de ces réclamations et soutient qu’il n’a pas déclaré aux témoins qu’il se refuserait à procéder au mariage si Chaplain ne lui versait pas 3 francs, mais qu’il a fait connaître à ce dernier que, dans ce cas, suivant les instructions de son évêque, il devrait soit y procéder dans la forme réservée aux indigents, soit exiger un prix double pour la cérémonie qui lui était demandée, et qu’il regretterait de commencer l’application de ces sanctions par lui, avec lequel il avait toujours entretenu d’excellentes relations ; que, par suite, il a rappelé à la demoiselle Chaplain la promesse de son père et les sanctions prescrites par l’évêque ;
Attendu ……………………………IMG_0148[1]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s