Une coproduction de ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants

À propos de l’artiste

nov 92 10001

Paul Picard

Bousculé par la violence des années 1930 – 1940, puis requis par la charge de ses trois enfants et absorbé par un métier dévoreur de temps, Paul Picard n’a guère eu le loisir de peindre, ni de dessiner, ni d’écrire durant sa vie active. De ce temps long datent de trop rares croquis. Ainsi surprend-il malicieusement quelques scènes de son mariage. D’autres dessins, cachés en de successifs petits carnets, accompagnent sa vie professionnelle, répondant à la nécessité d’identifier les clients par leurs travers et de rompre la monotonie du travail. Il laisse libre cours à sa fureur contestataire au travers de féroces poèmes inspirés des circonstances, de la couleur des événements. Le recueil grossit discrètement au fil des ans.

Mais l’artiste ne se révèle pleinement qu’à la retraite, il est libre enfin de disposer de son temps. Son talent explose. Dans toutes les dimensions, de la grande fresque peinte d’après Chagall sur un mur à Colmar à une salamandre en miniature. Il explore les époques, depuis les enluminures médiévales, par exemple celles du Codex Manesse, jusqu’aux abstractions de Joan Mirό, il passe d’un style à l’autre, de l’expressionnisme allemand torturé aux Marie Laurencin épurés. Il s’aventure en Extrême-Orient, en témoignent japonaiseries et autres chinoiseries, s’intéresse aux masques de toutes civilisations, ce qu’on nomme aujourd’hui les arts premiers. Son imagination propre s’inspire des paysages proches de Montchavin « Qu’on aime vraiment bien », comme le dit la chanson, on pense alors à la belle église de Montorlin sur son ciel emporté. Ou encore des solides maisons jurassiennes, ou de toutes autres vues glanées au cours de voyages et ce sont les beaux albums de Venise, de Saint-Pétersbourg ou d’ailleurs. Il s’approprie des personnages photographiés et des personnalités. Ne manquez pas ses compositions sur Duras, Beckett, Gainsbourg etc. ou ses séries de personnages typés, nonnes, hassidim… Il croque les enfants de la famille. Qui n’a admiré la galerie de portraits chez lui ? Ses petits-enfants, maintenant ses arrière-petits-enfants. Mélomane averti, il tire de la musique, en particulier du jazz, le sujet de nombreux tableaux. Son coup de patte le rend indispensable à toute manifestation familiale, menus d’anniversaires, compositions plus élaborées pour les mariages. Il s’est même essayé à la fresque historique à visée pédagogique et à l’illustration d’œuvres diverses. Il utilise ses talents technologiques pour créer des cartes de vœux sur l’ordinateur. Ses compositions originales sont signées « PP » pour « Paul Picard », puis « PP » pour PapyPapy et parfois « PPPP ».

Il convient enfin de dire un mot des « disciples » qui apparaissent sur le blog. Un mot particulier pour Anne-Marie, son épouse, ma maman. Elle nous a laissé peu de choses, elle a suivi d’autres voies, mais il lui est arrivé de s’essayer avec bonheur au dessin. Quant aux autres, petits et arrière-petits-enfants sans doute ne constituent-ils pas des disciples au sens strict, mais les œuvres qu’ils ont offertes à l’artiste figurent en bonne place à « L’Atelier », dans son antre.

Laissons le mot de la fin à Nathanaël, 4 ans et demi, ceint d’un tablier, à genoux dans la cuisine, un pinceau à la main, un assemblage de feuilles devant lui, filmé et interrogé par Raphaël :

  • « Ah, mais il a des tableaux.

  • Qui est-ce qui a des tableaux ?

  • Mais PapyPapy est un artiste.

  • PapyPapy est un artiste et toi, t’es un artiste comme PapyPapy ?

  • Ouais (peu compréhensible) comme PapyPapy.

  • Super »

Bonne visite du blog. Et vous pourrez y revenir par plaisir bien sûr, mais aussi parce nous sommes loin d’avoir déjà tout mis en ligne.

Mulhouse, le 1er novembre 2013

M.P.L.

PS: L’artiste, Paul Picard, notre père, grand-père ou arrière-grand-père est décédé le samedi 1er Octobre 2016. Une semaine plus tard, sa famille et ses amis se sont réunis autour de la mémoire de Paul. Vous trouverez ici les textes écrits pour cette réunion par sa fille Marianne et son fils Jean-François.

Publicités

4 Réponses

  1. Michèle POIZAT

    Je connaissais quelques-unes de vos oeuvres mais j’étais loin d’imaginer ce talent protéiforme. Je suis éblouie. J’ai hâte de découvrir les pièces manquantes de ce puzzle passionnant.

    8 juillet 2013 à 15 h 03 min

  2. Picard

    Votre message m’a prouvé qu’à Mulhouse mes activités sont désormais connues au delà des rues de Belfort et de la Verdure; un motif certain de satisfaction! Mais comme vous pouvez le constater mes travaux sont présents non seulement chez mes enfants, mais également mes petits-enfants, donc jusqu’en Grande Bretagne et aux USA!
    Je vous remercie de votre appréciation élogieuse et en suis grandement flatté. Je demanderai à Catherine de vous le dire de vive voix.

    9 juillet 2013 à 8 h 12 min

  3. Pingback: 1922 | L'atelier de papy papy

  4. Michèle SIBERCHICOT

    Bonjour,
    Je viens de découvrir sur votre site un tableau de Henri Matisse, La Rive. J’aimerai acheter une reproduction de ce tableau mais mes recherches sur internet n’ont pas abouties. Je vous remercie par avance de m’aider. Cordialement.

    6 août 2016 à 12 h 53 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s